Connectez-vous Créer un compte Sociétaire de Cera ?
S'investir dans le bien-être et la prospérité
03 avril 2018

Peter Pan, Neverland … still alive : enfin au Parc d'Egmont

“Peter Pan, Neverland … still alive”

est le titre du projet que Christophe Terlinden s’apprête à installer au Parc d'Egmont (à Bruxelles).

L’artiste réagit ainsi à une sculpture en bronze installée dans le parc d’Egmont depuis 1924 : copie de la statue originale de Kensington Garden (Le petit garçon qui ne voulait pas grandir, 1912) de Sir George Frampton.
Cette copie offerte à la Ville de Bruxelles témoigne de l'amitié qui liait les enfants britanniques et belges pendant la Première Guerre mondiale. Sept exemplaires ont été offerts à différentes villes à travers le monde et installées dans des jardins publics, du Bowring Park en Terre-Neuve au Kensington Park de Londres en passant par Sefton Park à Liverpool.

Aujourd’hui, Christophe Terlinden propose une « mise à jour » de ce Peter Pan : au départ d’un élément du socle, un lapin, son œuvre ‘Neverland … still alive’ convoque les idées de vieillesse - par la canne dont est doté l’animal - et du temps qui passe, en complémentarité à l’enfance véhiculée par l’image de Peter Pan.

On pense également par association au lapin d’Alice de Lewis Caroll, emmené dans une course effrénée contre la montre.

 

Comprendre l'oeuvre

La finalité de Neverland … still alive est son installation dans le Parc d’Egmont, à proximité de celle de Peter Pan. Ce devrait être chose faite ce 18 avril 2018.

Son intention ? Célébrer les personnes âgées et leurs relations avec leurs pairs de par le monde puisqu’à son tour, l’artiste produira six copies de son oeuvre, qu’il offrira aux parcs publics accueillant les sculptures de Peter Pan.

Découvrez la critique de Denis Gielen, Adjoint à la direction du MAC's au Grand-Hornu.

Christophe Terlinden :
Né à Etterbeek en 1969, Christophe Terlinden effectue sa formation artistique entre 1991 et 1997 à l’ERG et à la Cambre, tout en accomplissant deux voyages d’étude en Italie et en Angleterre.
Le champ d’inspiration de Christophe Terlinden est extrêmement large, la politique, les questions sociales, le folklore, l’économie ou encore la vie de tous les jours prenant place dans son oeuvre. Une dimension poétique et ironique illustre généralement ces propos, le plus souvent mis en forme dans l’espace public.